06 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

Calendrier celtique

 

calendrier

Image montrant le calendrier lunaire sur cinq année, soit un lustre. Il faut six lustres pour arriver à un siècle celtique, soit trente ans. (cliquez dessus pour agrandir)

 

Ce calendrier de référence est tiré du calendrier de Coligny retrouvé en terre sequane, lequel compile cinq années, incorporant le mois intercalaire avant le mois de Samon (traduit par le mois de l’été) et le mois intercalaire avant le mois de Giamon (traduit par le mois de l’hiver). Le calendrier étant exclusivement lunaire, ne peut cependant s’accorder avec le cycle solaire car un décalage nécessite un treizième mois. De fait, les solstices ne sont pas pris en compte.

Une année type comprend les douze mois lunaires. Chaque mois débute au premier quartier de lune et comprend la première quinzaine durant laquelle a lieu la pleine lune. Puis le dernier quartier, nommé Atenoux, annonce une nouvelle quinzaine durant laquelle a lieu la nouvelle lune. Enfin au premier quartier débute le mois suivant. Nous évoquons donc au cours du mois lunaire, la quinzaine avant Atenoux, et la quinzaine après Atenoux.

L’année commence par le mois de Samon. Les douze mois sont Samon, Duman, Riuri, Anaganti, Ogron, Gutios, Giamon, Simiuisonna, Equos, Elembiu, Edrini et Cantlos.

Le treizième mois, appellé Ciallos, avant le mois de Samonios la première année du lustre, et avant le mois de Giamonios au troisième mois du lustre, de sorte que au bout de trente années elle compile un siècle lunaire.

Une année sans treizième mois dure 355 jours, une année avec un treizième mois de trente jours dure 385 jours.

Cinq années lunaires font un lustres, six lustres font un siècle de trente années, lequel siècle correspond à la révolution complété de saturne. Le siècle recommence lorsque saturne est dans la constellation du taureau, tel que l’aurait indiqué Plutarque.

Afin qu’un siècle de trente ans soit équilibré avec le cycle solaire, et que les saisons claires et sombres ne soient pas décalés, Il y a des manières de parvenir à cet équilibre.

La forme communément admise aujourd’hui, et vraisemblablement indiquée sur le calendrier lunaire ancien, est de considérer le nombre des jours changeant sur le mois de Equos, de 30 et 28 jours une année sur l’autre. Soit 28 jours aux années II et IV, 30 jours aux années I, III et V. De sorte que les jours ainsi enlevés, soit 4 sur un lustre, aboutissent à 24 jours enlevés sur un siècle. Un mois intermédiaire est également supprimé au début de chaque siècle.

D’autres manières de régler cet équilibre seraient de placer un mois intermédiaire tous les trois ans. Ou encore, de supprimer deux mois intermédiaires au cours du siècle de trente ans.

Ci-dessous, le calendrier celtique de Coligny, comprenant le siècle de trente ans débutant et recommençant lorsque Saturne est dans la constellation du taureau. Ainsi que les six lustres de cinq années chacun. (Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

 coligny

 

ci-dessous, un tableau montrant un siècle de trente ans soit six lustres, un lustre de cinq années lunaires, et une année lunaire.

litun - Copie

 

Ci-dessous, une représentation simplifiée des plaques du calendrier de Coligny et le nom des mois (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

barres - Copie

Les principales célébrations ou dates marquantes sont les trois nuits de Samon indiquant le passage de la periode claire à la periode sombre. Les Tiocobrextio, soit les incantations, aux pleines lunes des mois de Giamonios, Simiuisonnios, et Elembiuios. Ainsi que le Tiocobrextio durant Atenoux au dernier quartier de lune du mois de Cantlos, lequel est aussi nommé Diolcatoi car ce sont les remerciement de la fin de l’année. 

Le mois de Samon est nommé mois de l’été, lequel mot en irlandais et gaélique se dit Samhradh. Le mois de Giamon est nommé le mois de l’hiver, lequel mot se dit Gheeimheadh en irlandais et Geamhradn en gaélique. Cependant, le calendrier celtique est lunaire et ne se rééquilibre qu’à l’aide d’un treizième mois, il ne peut donc pas être comparé à un calendrier solaire marquant les solstices. Le mois de l’été et le mois de l’hiver n’indiquent que les repères marquant le passage de la période claire à la période sombre, et le passage de la période sombre à la période claire.

De nombreux calendriers anciens reposaient sur douze mois lunaires et l’usage d’un treizième mois intercalaire. Ce fut le cas pour le calendrier de Coligny, mais aussi pour l’ancien calendrier romain, pour le calendrier attique grec et d’autres calendriers lunaires grecs, ainsi que pour le calendrier Saxon décrit par Bede Venerabilis. La course du soleil durant l’année marquée par les quatre saisons, ainsi que les cycles lunaires, auront inspiré les humains à de tels calendriers.

A ce sujet, je rapporte ici les écrits de Plutarque et de Tite-Live, évoquant la création du calendrier lunaire romain par le roi Numa.

Plutarque, vie de Numa
« On n’avait aucune idée de l’inégalité qu’il y a entre le cours de la lune et celui du soleil : on n’avait qu’un souci, c’était que l’année fut de trois cent soixante jours. Numa reconnut que l’inégalité était de onze jours ; que les révolutions de la lune se faisaient en trois cent cinquante-quatre jours, et celles du soleil en trois cent soixante-cinq : il doubla donc ces onze jours, et il en fit un mois de vingt-deux jours, qu’il intercalait, tous les deux ans, après celui de février. Ce mois intercalaire est appelé par les Romains Mercédinus« .

Tite live, livre II chapitre XIX
« Avant tout, il divisa l’année suivant les cours de la lune, en douze mois; mais comme chaque révolution lunaire n’est pas régulièrement de trente jours, et que par conséquent l’année solaire eût été incomplète, il suppléa cette lacune par l’interposition des mois intercalaires, et il les disposa de telle façon que tous les vingt-quatre ans, le soleil se retrouvant au même point d’où il était parti, chaque lacune annuelle était réparée. Il établit aussi les jours fastes et les jours néfastes, car il pressentait déjà l’utilité de suspendre parfois la vie politique« .

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE