12 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

Pantheon celtique

mythologie

Il n’est en réalité guère plus d’une douzaine de dieux et déesses honorés dans le paganisme celte, la plupart étant regroupés en parèdres, soit un dieu et une déesse unis et honorés ensemble. Seulement, ils ont été honorés sous des noms divers selon la région, et un dieu ou une déesse pouvait être nommé d’une manière différente. C’est ainsi que Mercurio Cissonius se nommait aussi Uisucius, d’aucun avancent aussi Lugus en référence à la ville lyonnaise jadis nommée Lugdunum. Sirona se fut appelée Damona, et Grannos sous le nom de Boruo. Sucellos a aussi été appelé Gobenos dans la région helvète, nom signifiant clairement forgeron.

Ils occupent les fonctions suivantes

Cernunnos est le Dis Pater, maître de la vie et de la mort, guérisseur et fertile.

Taranis est le maître céleste, de la foudre, la pluie, le soleil et les manifestations du ciel.

Sirona et Grannos sont les maîtres des sources et de la guérison. Ils sont aussi, de par leur nom,  l’astre et le soleil. A moins que Sirona écrit Thirona ne devienne l’eau sortant de terre.

Mercurio (Cissonius, Uisucius) est le protecteur des voyageurs, il favorise le gain et la prospérité. Il est parèdre de Rosmerta déesse prodigue et fertile.

Nantosuelte est la protectrice du foyer, elle est parèdre de Sucellos maître des forgerons, artisans et paysans. Sucellos est aussi nommé Gobanos, nom signifiant forgeron.

Toutatis est un dieu guerrier. Il est plus communément écrit Tot, mais est parfois précédé de Mars et qualifié de son nom celte dont celui de Loucetios.

Belisama est la déesse de la connaissance, des artistes et des stratèges.

Herecura est la déesse des saisons et plus précisément la déesse de la période sombre et de la période claire.

 

mythology

 

On observe d’intéressantes similitudes entre les panthéons celtique, grec et romain, et cela est normal car ayant une racine commune dite indo-européenne. Le foyer celtique débute à Haalstatt vers 800 avant l’ère commune, soit environs à la même date que l’émergence de la grèce archaîque et la création de Rome sur le Palatin. Aussi, la région alpine de Haalstatt borde de près la région grecque et la région romaine. (Voir l’article Taranis).

On remarque que Taranis correspond au Jupiter romain (iovis) et au Zeus grec. Que Belisama correspond à la Minerve romaine et à l’Athéna grecque, elle fut d’ailleurs associée sur le pont de Salat à Saint Lizier. Il est deux déesses, sœurs du Jupiter romain ou du Zeus grec, ainsi que du Pluton romain et du Hades grec. La première est une déesse du mariage appelée Hera en grèce et Junon à Rome. La seconde, déesse du foyer, est appelée Hestia en grèce et Vesta à Rome. Il n’y a qu’un équivalent celtique, la déesse Nantosuelte laquelle fut associée à Junon.

Mercurio Cissonius, ou Uisucius, correspond au Mercure romain et à Hermes en grèce. Toutatis est le mars romain et le Ares grec. Sucellos correspond au Vulcain romain et à Héphaïstos en Grèce. Le rapport entre Apollon en grèce et à Rome, sa sœur jumelle appelée Diane à Rome et Artemis en Grèce, l’un étant dit solaire et l’autre dite lunaire, face à l’astre Sirona et au soleil Grannos est plus délicat. Car Sirona semble être une déesse proto-celte caractérisée par un serpent au bras. Aussi, Apollon a été associé à la fois à Grannos et à Sirona. Si Artemis et Diane sont des déesses chasseresses lunaires, elles on de communs avec Sirona son caractère lunaire dont le nom signifie astre, étoile, et le fait d’être parèdre d’un dieu guérisseur dit solaire.

Sirona, ou Thirona, peut aussi de par son nom, se référer à la terre, au sol, en celtique ancien Tiros. Thirona est alors l’eau sortant du sol, l’eau venant du monde souterrain.

Cependant, Apollon est le père du dieu guerisseur que les Grecs ont appellé Asclepios, et les romains Esculape. Asclepios a aussi cinq fille de la médecine, dont Hygie représentée tenant un serpent à la main. Elle ressemble fort à Sirona. Aussi peut-on se demander si Apollon Granns et Sirona ne résonnent t’ils pas tels Apollon Asclepios et Hygie.

Les comparaisons ne s’arrêtant pas là, on peut remarquer une grande ressemblance entre la mythologie grecque et romaine, et penser qu’elle s’applique aussi chez les celtes. (Voir l’article Taranis) et que je vais développer ici.

 

Il était une fraterie, Pluton frère de Jupiter, Jupiter frère de Junon et Junon sœur de Vesta pour Rome. De même, Hades fut frère de Zeus, Zeus fut frère de Hera et Hera sœur de Hestia. Tout naturellement, Cernunnos est le frère de Taranis, et Taranis est le frère de Nantosuelte. La symbolique est forte, car le foyer repose entre le monde souterrain et le monde céleste. Par fraterie, il est surtout désigné les dieux et déesses primordiaux.

Ceres pour les romains, et Demeter pour les grecs, incarnent la terre et l’agriculture. Aussi Rosmerta peut aussi être analogue à Ceres et Demeter. Ceres est épouse de Jupiter, Demeter est épouse de Zeus, Rosmerta incarnant la terre est donc déesse primordiale et épouse du dieu primordiale Taranis incarnant le ciel.

Ainsi est il pour dieux primordiaux le ciel, le foyer, la terre et le monde souterrain.

 

Minerve étant la fille de Jupiter, et Athéna étant la fille de Zeus, Belisama se trouve être la fille de Taranis. un éclair divin eut insufflé l’intelligence aux êtres.

Zeus eut deux jumeaux, un fils solaire appelé Apollon, et une fille lunaire appelée Artemis. De même, Jupiter eut deux jumeaux, le solaire Apollon et la lunaire Diane. Ici l’interpretation est plus délicate, on peut autant dire que Taranis eut deux jumeaux, le solaire Grannos et la l’astre Sirona. Cette parèdre eut priée pour la guérison avec Apollon. On peut dire aussi que Apollon est le père du dieu grec guerisseur Asclepios, lui même père de la déesse de la médecine Hygie, si Grannos correspond à Asclepios et Sirona ou Thirona à Hygie, alors Grannos devient père et non frère. Soit, Sirona et Grannos, priés avec Apollon, sont tous deux parèdres.

Jupiter prit Junon pour épouse et en eut deux fils, Mars et Vulcain. Maîa épousa Vulcain et Vulcain fut parèdre à la fois de Maîa et de Junon. Zeus prit Hera pour épouse et en eut deux fils, Ares et Ephaistos. Ephaistos demanda Aphrodite, mais pris pour épouse une déesse Charite appelée Charis. Alors, Taranis prit Nantosuelte pour épouse et en eut deux fils, Toutatis et Sucellos. Rosmerta épousa Sucellos, lequel était frère de Toutatis et parèdre de Nantosuelte. On remarque ici la symbolique suivante, la guerre et la forge sont frères, et découlent de l’union entre le foyer et le monde céleste, car les combattants protègent leurs foyers. On remarque aussi que la forge et la terre s’épousent, car on cultive le champ à la houe autant que l’on le défend par l’épée. C’est pourquoi Sucellos est aussi le maître des paysans autant que celui des forgerons. Sucellos, ou gobanos, est honnoré aux cotés de Nantosuelte qui est donc sa mère mythologique, comme Héphaïstos est fils de Junon, lequel fut toutefois représenté aux coté de Vesta. Et Héphaïstos, représenté avec divers divinités, est fils de Hera.

 

Jupiter eut encore un fils appelé mercure, comme Zeus eut un fils appelé Hermes, et par conséquent Taranis eut un fils appelé Mercurio Cissonius, ou Uisucius. Il fut parèdre de Rosmerta, laquelle est la terre.

 

Jupiter et Ceres eurent une fille nommée Proserpine, enlevée par Pluton, dis pater romain et dieu du monde souterrain, et devenue son épouse. Elle reste alors six mois dans le monde souterrain après les récoltes et six mois sur terre et dans le ciel au début des semis, elle est la déesse des saisons. Zeus et Demeter eurent une fille nommée Perséphone, enlevée par Hades et devenue son épouse, elle va six mois dans le monde souterrain et six mois sur la terre et dans le ciel. Il en conclut que Ere Cura, assimilée à Proserpine, est fille de Taranis et de Rosmerta, et épouse de Cernunnos. Elle annonce la saison claire au début des semis et la saison sombre à la fin des récoltes.

 

arbre

 

Dessin symbolisant l’arbre sacré. Le Dis Pater dans le monde souterrain, relié par l’arbre au Dieu céleste, dieu foudre. La déesse de la terre unie au dieu céleste, et leur fille épouse du père des richesses. Le dieu et la déesse de la guérison. Le protecteur, guide des vivants et guide des défunts dans l’au-delà, en parèdre avec la déesse de la terre.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE