05 mars 2018 ~ 0 Commentaire

Interpretation sur le chaudron de Gundestrup

taran

Le chaudron de Gundestrup, retrouvé au Danemark, est célèbre pour sa représentation de Cernunnos dit le dieu cerf. Selon la datation au carbone 14 de la cire ayant servi à son ouvrage, celle-ci correspond approximativement à – 150 avant l’ère actuelle et le premier siècle, soit une époque antique tardive. Les isotopes de l’argent utilisé dans sa fabrication situent la provenance du matériau au nord de la France et à l’Ouest de l’Allemagne, tandis que l’étain provient de l’ouest de la Grande-Bretagne. Le Chaudron a été retouché et réparé plusieurs fois durant cette période de deux ou trois cent ans, il peut s’agir d’un objet rituel. Cette période est située avant la guerre des Cimbres et des Teutons, et après la Guerre des gaules, après le règne de Claudius et durant l’invasion de la Dacie par l’empereur romain Trajan. Cet objet est probablement passé, au vu des migrations et des grands évènements de cette époque, d’une tribu à une autre.

Cet ouvrage exceptionnel, comprenant des éléments celtiques tels les torques, les carnyx, comporte aussi des éléments d’influence grecque, perse, numide et Dace. Nous allons voir que le chaudron de Gundestrup fait référence aux casques Dace de Peretu et de la portile de fier du IVe et Ve siècle avant l’ère actuelle, aux casques rituels de Vekso également retrouvés au Danemark et datant de -1100 à -900 avant l’ère actuelle, aux griffons de Perse et d’Egypte, aux éléphants de Numidie.

Peretu helmet

Il est difficile d’interpréter entièrement l’ouvrage, mais nous pouvons en apporter quelques éléments appuyés par des faits concrets.

 

Cernunnos

cern

Ceci est l’image sans doute la plus célèbre du chaudron de Gundestrup, car il représente le dieu Cernunnos, ayant fasciné les contemporains. Cernunnos est un dieu de vie et de mort, équivalent au Pluton romain et au Hades Grec. Il est le père des richesse, le Dis Pater, tout comme Pluton dont le mot signifie riche. Le dieu du monde souterrain apporte la vie à la terre, il reigne dans le monde noir, les entrailles de la terre. De nombreuses autres représentations et quelques épigraphes nous permettent d’attester son nom et son aspect. Sur l’Autel de Reims, il est représenté avec Apollon le dieu guerisseur et Mercure favorisant les gains et protégeant les voyageurs tant dans l’au-delà que sur terre. Ici, Cernunnos tient dans sa main un serpent, animal de vie et de mort comme le statut du père des richesses. Il tient aussi un torque de l’autre main, collier démarquant la classe aristocratique celte. Un cerf se tient à coté de lui, comme une incarnation animale du dieu du monde souterrain.

Au Milieu d’une telle faune, Cernunnos a pu être perçu comme étant un dieu de la nature. Cela est presque vari dans le sens où la vie, le bitus, vient du Dumnos, les entrailles de la terre. Mais tous ces animaux représentés ont une signification précise. Nous voyons deux taureaux, cet animal était sacré pour de nombreuses civilisations de cette époque, Tacite nous indiquait que le troupeau est la seule richesse des germains. Le taureau était la manifestation de la richesse des populations agricoles et fermières, aussi incarnait-il a puissance et conservait un caractère royale. Il était sacrifié aux dieux car estimé et vénéré.

Nous voyons encore un canidé, probablement un loup au vu des pattes. Deux animaux semblent s’affronter, ils ressemblent à des lions, de ceux que les gladiateurs affrontent dans les arènes romaines. Enfin, au fond, est un personnage à califourchon sur un poisson, et cela rappelle l’art Etrusque et Grec lesquels représentent aussi de telles scènes sur lesquelles un personnage chevauche un dauphin. Il peut s’agir de Apollon, lequel évoquait à la fois le soleil et les sources curatives. Il était parfois représenté chevauchant un dauphin, et c’est pourquoi le temple d’Apollon prit le nom de Delphe en Grèce, provenant du mot dauphin, dont la légende raconte la métamorphose de Apollon en dauphin. Nous pourrons remarquer par ailleurs, que Apollon est également représenté à coté de Cernunnos sur l’autel de Reims.

aulos - Copie (3)

riding dolphin

 

Griffons

elephants et griffons

Griffon Egypte

Ici nous remarquons des représentations intéressantes car exotiques. Des éléphants et des griffons, ces oiseaux à quatre pattes. Nous savons que les Numides, sous le commandement de Hannibal le Carthaginois, ont traversé à dos d’éléphant les contrées celtiques de la Galice, l’Aquitaine, la Narbonnaise, la Transalpine et la Cisalpine durant la seconde guerre punique qui opposait les Carthaginois aux Romains. Durant ce périple, les Celtes offrirent l’hospitalité aux Numides Africains et se sont joint en partie à l’armée Numide.

Le Griffon est une figure ancienne de la Perse et de l’Egypte, deux grandes civilisations se partageant ou se disputant la méditerranée avec les Romains et les Grecs.

La représentation des éléphants et des Griffons peuvent être une référence aux deux grandes civilisations de Perse, de Carthage et d’Egypte.

Au centre, au vu de la queue, des griffes et des dents de l’animal, il se peut être un loup, symbole Romain mais aussi Dace, et d’une manière générale représentant l’Europe.

 

Taranis

taran

vesko helmet

Nous voyons ici un personnage tenant une roue, et un autre personnage coiffé d’un casque à deux cornes surmontées de boules, tenant ou tournant la roue. La roue est par elle même un symbole solaire, et l’on peut penser à une représentation de Taranis, le dieu tonnerre celtique équivalent à Jupiter ou Zeus. Sous le personnage tournant la roue est un serpent, symbole de vie et de mort. On retrouve ce serpent dans la main de Cernunnos, et sur la plaque évoquant le cycle de vie et de mort. Le personnage casqué est donc lié au monde souterrain et s’investit dans le cycle solaire. Dans les mythologies gréco-romaines, le personnage lié au monde souterrain et au monde céleste est Proserpine pour les Romains et Perséphone pour les Grecs. Pour les Celtes, elle se nomme Erecura et est représentée portant une corbeille à Fruit et une coupe d’abondance telle Rosmerta, Mais on eu aussi retrouvé des statuettes d’une version feminine de Cernunnos, soit une femme cornue portant corbeille à fruits et une coupe d’abondance. Il peut s’agir de Erecura, associée à Proserpine, fille du dieu céleste, de la déesse des moisson et épouse du dieu du monde souterrain.

Le casque porté par le personnage accompagné du serpent a été retrouvé à l’est du Danemark en deux exemplaires, ces casques semblent avoir été des objets rituels. Ils sont appelés casques cornus de Vekso. Les Cornes de taureaux symbolise d’eux-même le caractère sacré du taureau symbolisant richesse et puissance pour les civilisations agricoles et fermières.

Sur le bas, allant vers la gauche, nous reconnaissont les griffons d’orient. Sur le haut, allant vers la droite, nous voyons, au vu de la queue et des griffes, des canidés et probablement des loups. Si ces êtres sont reliés à la déesse des saisons ornée de cornes et accompagnée de son serpent, et à la roue que tient le dieu céleste, il se peut qu’il s’agisse des deux cycles de saison sombre et de saison claire.

 

Dumnos

dum

Cette représentation montre les chevaliers galopant sur le sol, ce sont des guerriers. Au loin est un serpent, animal de vie et de mort, ainsi que les trompes des carnyx. Puis, les Guerriers et leurs boucliers gardant leur honneur comme dans les cultures grecques et germaniques, évoluent sous le sol, dans le monde souterrain qui est le monde des défuns, et que les celtes appellent Dumnos, le monde noir. Ils semblent tenir à des cordes ou des racines. Voici un canidé, animal lié à l’au-delà. Puis un grand personnage tire un être du chaudron et voici que ce petit personnage renait à la vie. Le grand personnage peut-être une sage femme, et le chaudron est l’utérus par lequel sort le nouveau né. Cette représentation illustre la croyance celtique selon laquelle l’âme est immortelle et revit après la mort. Par ailleurs, la croyance du monde souterrain, l’au delà, est partagée par les grecs et les romains.

 

Vate

gundestrup 1 - Copie

Ici, nous voyons un personnage avec, semble t’il, trois nattes. Un canidé est représenté, la tête dirigée vers les cieux. Le canidé est en rapport avec l’au-dela. Il y a aussi deux oiseaux, dont l’un est accompagné d’un personnage mains tendues vers la figure. Il était d’usage pour les devins de cette époque, Tant dans les contrées celtiques et Germaniques que en Grèce et à Rome, d’interpréter les présages des oiseaux. Aussi, l’oiseau ici semble délivrer un message à la femme Vate, par la représentation d’un messager céleste mains tendus vers la femme Vate.

 

Tri Taruos

Tri Tar

Cette scène semble représenter trois sacrifices de taureaux, accompagné de canidés en haut et en Bas. Le Canidé semble être en lien avec l’au-delà, il est encore représenté sur la plaque du cycle de vie et de mort, ainsi que sur la plaque des oiseaux.

 

Taruos Caruos

gundestrup 8

Ici, un personnage tient deux animaux représentés la tête en bas, mélange entre le taureau et le cerf. Ils regardent vers le sol. Le cerf est un animal lié à Cernunnos père des richesses, les taureaux sont offerts en sacrifice pour les divinités.

Lupercales

SUNP0299 - Copie

Au fond du chaudron est représenté un taureau dont les cornes, probablement en or, ont disparu. Le taureau était un animal sacré, et aussi un animal sacrifié aux divinités pour les grandes cérémonies, dans pratiquement toutes les cérémonies de l’antiquité. Nous voyons aussi une scène sur le pourtour du disque, montrant un chien et une femme tenant une épée. Bien qu’il s’agisse d’une femme, nous pouvons nous demander s’il s’agit d’un sacrifice de canidé pour les célébrations expiatoires de purification comme le pratiquaient les romains durant les lupercales, et les grecs également.

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE