30 septembre 2018 ~ 0 Commentaire

comparaison avec la mythologie d’Irlande

insulaire

Une grande partie des clairières druidiques, et des nemetons druidiques, se réclament des textes médiévaux irlandais ou insulaires. La théorie veut que les derniers druides eurent gagné l’île de Bretagne et les régions du nord. Et tandis que l’Irlande fut christianisée au V e siècle par Saint Patrick, les druides auraient transmis les mythes celtiques à travers ce que l’on nomme la mythologie irlandaise vers l’an 1000 ou plus globalement durant l’époque médiévale.

Ces moines ayant rédigé les textes insulaires sont appelés des Filids. La théorie veut que les filids soient une branche druidique ayant gagné les monastères afin de protéger, conserver et rédiger la mythologie celtique teintée de christianisme afin de mieux la faire accepter.

Les personnages de la mythologie celtique sont considérés comme des dieux et des déesses ou des druides primordiaux. Le neo-druidisme, créé au XIXe siècle sous l’influence de loges maçonnique, ont redécouvert ces textes dans un contexte d’une affirmation de la tradition irlandaise face à la domination anglaise. Cependant, le neo-druidisme a aussi gagné l’Angleterre, ces derniers officiants par exemple sur le site de Stonehenge.

Il est un débat portant sur le neo-druidisme et le druidisme antique, dont certains courants parlent de lignée, et d’autres de neo-paganisme moderne. Lorsque nous étudions les textes insulaires et les traces antiques, il est difficile en effet de remarquer des concordances. Cependant, dans le but d’atténuer le débat et de ressouder un peu mieux les différents courants druidiques, nous allons ici remarquer les points de concordance entre les textes médiévaux irlandais et tels qu’ils ont été interprétés, avec les paganismes de l’antiquité.

Afin que le paganisme ne soit plus divisé, mais uni.

 

Dagda et Dana.

 

Les objets associés à Dagda, dans les testes insulaires, sont la roue et la masue. De fait, il peut autant correspondre à Taranis tenant la roue solaire, que à Sucellos (Gobanos) tenant la massue. Tandis que Belisama, que les romains ont associé avec minerve, et qui par conséquent correspond à Athena, a été vue au travers de Dana, ou encore Brigit, dans les textes insulaires. Brigit, ou Dana, est dédiée aux poêtes, artisans, médecins. De la même manière que Minerve, Athena ou Belisama sont dédiées aux stratèges, aux artistes, à l’intelligence et la création.

Dagda est le père de Brigit ou Dana. Dans les autres traditions, Zeus est le père de Athena et Jupiter est le père de Minerve. Par analogie insulaire, romaine et grecque, nous pouvons considérer Taranis comme étant le père de Belisama.

 

Tailtiu et Lugh.

 

Dans les textes insulaires, Tailtiu est dite la mère adoptive de Lugh. Tailtiu est associée à la terre nourricière, elle mourut d’épuisement en voulant défricher une forêt afin que les paysans puissent cultiver le sol et en obtenir les moissons. Il est dit que Lugh lui dédia une fête qu’il nommait Lughnassad, l’assemblée de Lugh, se tenant lors des moissons. Lugh a été regardé comme un équivalent du Mercure des Gaules tel que le défini Cesar, dédié aux artistes, aux commerçants et au voyageurs. Lugh a la capacité d’avoir de nombreuses fonctions.

La fête de Lughnassad célébrée au mois d’aout, est aussi considérée comme étant le mois de Elembiuios sur le calendrier de coligny. La pleine lune du mois de Elembiuios, portant la mention de Tiocobrextio (Tiocobrextio Elembiuios), est un équivalent de la fête de Lughnassad.

Si Lugh est regardé comme étant Mercurio Cissonius/ Uisucius, Tailtiu peut être regardé comme étant Rosmerta la terre prodigue.

Dans les autres mythologies, Hermes est le fils de Demeter, et Mercure est le fils de Ceres. Par analogie entre la mythologie insulaire, grecque et romaine, Cissonius est le fils de Rosmerta.

 

Oengus et Diancecht

 

Oengus, dans les textes insulaires, est le fils de Dagda. Il est dit solaire et incarne la jeunesse. Il est regardé comme étant Apollon, lequel également nommé Phébus, celui-ci étant dit solaire. Une inscription mentionne d’ailleurs Apollo Maponos, Maponos signifiant fils, et étant vu comme la jeunesse. Apollon a été associé par les romains avec les divinités celtiques Grannos et Thirona. Grannos pouvant correspondre à Apollon comme à Asclepios, Thirona pouvant correspondre à Artemis à cause de son caractère lunaire, mais surtout à Hygie. Grannos, Thirona et Apollon étaient dédiés aux sources curatives. Artémis, déesse de la chasse, semble d’avantage correspondre à la déesse locale Helvete Dea Artioni, la déesse de l’ours.

Diancecht est la forme plus agée de Oengus, la mythologie insulaire le représente soignant les blessés dans une fontaine curative. Il peut aussi est vu comme étant Grannos.

Dagda portant la roue solaire, et Oenus lié à la jeunesse, puis plus tard Diancecht étant liés aux sources curatives, nous pouvons les regarder comme étant Taranis et Grannos. Dans les autres mythologies, Apollon et Diane, le solaire et la lunaire, sont deux jumeaux fils et fille de Jupiter. Apollon est frère des trois seurs incarnant les trois aspects de la lune, Hécate, Séléné et Artémis, tous étant fils et filles de Zeus. Diancecht peut être vu comme étant Aclepios ou Esculape, père de Hygie, tous deux dieu et déesse de la guérison.

Par analogie entre la mythologie insulaire, grecque et romaine, Dagda est père de Oengus devenant Diancecht, Jupiter est père de Apollon, Zeus est père de Apollon, Taranis est père de Grannos.

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE