25 mai 2019 ~ 0 Commentaire

Préhistoire

Il ne s’agit pas ici de créer un lien entre la civilisation celtique et les civilisations préhistoriques. En effet, près de dix mille à trente mille ans séparent ces deux périodes. Parmi les trois artefacts présentés ici, celles-ci sont chacune séparés de dix mille ans entre elles. Nous parlons donc probablement de trois civilisations différentes dans le temps. Cependant, il est intéressant de constater des points similaires, désignant non pas un rapport entre l’âge du bronze et le paléolithique, mais plutôt le rapport de l’être humain avec ses besoins et son environnement direct.

 

La gravure dite du sorcier, située dans la sud-ouest de la France, représente une silhouette anthropomorphe entre un cerf et un humain. Elle est datée de environs – 15 000 BC. Celle-ci nous évoque le dieu celte Cernunnos, mais il s’agit évidement d’autre chose. Le cerf exerçait déjà sa fascination et probablement une métaphore spirituelle, peut-être liée à la chasse ou à une symbolique de cet animal.

cerf 13 000 BC

La gravure dite de la venus de Laussel, située dans le sud ouest de la France, représente une femme tenant une corne à la main. Elle est datée de environs – 23 000 BC, soit près de huit mille ans avant la gravure du sorcier. Elle peut nous évoquer de semblables divinités de l’age du bronze et du fer, Rosmerta ou encore Fortuna. Bien évidement, il n’y a aucun rapport. Mais ce témoignage montre que la corne, servant à boire ou incarnant l’abondance, ainsi que la femme représentant probablement la fertilité, frappait déjà le ressentit des humains de cette époque reculée.

Venus of Laussel 23 000 BC

La gravure de l’homme lion, située au sud de Allemagne, représente une silhouette anthropomorphe ayant le corps d’un humain et la tête que l’on pense être celle d’un lion. Elle est datée de environs – 35 000 ans BC, soit douze mille ans avant la Venus de Laussel, et vingt mille ans avant la gravure du sorcier. Cette représentation est peut être liée à un culte de la chasse. Elle peut nous évoquer la déesse chasseresse dite des ours, Andarta ou Artioni, et encore les déesses Diane à Rome et Artémis en Grèce ancienne. Il n’y a pas de rapport si ce n’est celui de la chasse, et d’un rapport entre le divin et l’animal. 

lion man, 35 000 BC

Ainsi, de tous temps, les humains ont perçu leur environnement avec des divinités et des symboliques directement liés à leurs besoins, leurs nécessites et leur vision du monde.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE