09 juillet 2019 ~ 0 Commentaire

La représentation des dieux et des déesses

SUNP0296

La représentation anthropomorphe des dieux et des déesses fut tardive, outre le fait de montrer la perfection divine des noms sacrés par leur nudité et leur sensualité porté à la grâce, les représentations divines expriment aussi des symboles. 

La statue de la ou les divinités étaient érigées dans la cella, elles recevaient les premiers rayons du soleil. Le pronaos précédait la cella aussi appelé Naos chez les grecs ainsi que les romains. Toutefois, à l’époque de Numa, il était pratiqué la circumambulation autour de la cella, de la même manière que le pratiquaient les celtes dans le nemeton, soit le sanctuaire.

Les divinités ne furent pas toujours représentées ainsi et il fut rapporté par Plutarque, dans la vie de Numa premier roi romain : « Numa, de son côté, défendit aux Romains d’attribuer à Dieu aucune forme d’homme ni de bête ; et il n’y avait jadis parmi eux ni portrait ni statue de divinité. Durant les cent soixante-dix premières années, ils ne placèrent, dans les temples et dans les chapelles qu’ils bâtissaient, aucune image figurée. Ils regardaient comme une impiété de représenter ce qu’il y a de plus parfait au moyen de ce qu’il f a de plus vil, et ils croyaient qu’on ne peut atteindre Dieu que par la pensée. Ses sacrifices répondaient fort aussi aux rites pythagoriciens : il n’y en avait pas de sanglants ; et on y usait ordinairement de farine, de libations, et d’autres choses très-simples« .

Tacite écrit aussi, lorsqu’il mentionne les bois sacrés dans lesquels priaient les germains «  Emprisonner les dieux dans des murailles, ou les représenter sous une forme humaine, semble aux Germains trop peu digne de la grandeur céleste. Ils consacrent des bois touffus, de sombres forêts ; et, sous les noms de divinités, leur respect adore dans ces mystérieuses solitudes ce que leurs yeux: ne voient pas« .

Brennos, dont le nom signifie tout bonnement chef en celtique ancien, se serait moqué des temples du capitole lors du saccage de Rome. sous réserve, Diodore de Sicile aurait rapporté la scène suivante « Il y trouva seulement des images de pierre et de bois, et rit bien fort de ce que, attribuant aux dieux la forme humaine, on les dressait là en bois et en pierre« .

En effet, on ne voyait alors la divinité pour ce qu’elle était ou prodiguait directement. Le soleil pour Phebus, le Ciel et le tonnerre pour Jupiter – Zeus, Les moissons pour le Dis Pater père des richesses, la lune pour Diane, Artémis, Selene, Hecate, la terre sauvage pour Maîa ou cultivée pour Demeter et Ceres.

On chercha ensuite a les représenter dans leurs symboles, une corne d’abondance, une corbeille de fruits, un caducée, des cornes de cerfs, un oeuf, lesquelles étaient arborés par les divinités selon leurs fonctions.

Dans cet élan, pour les honorer et leur donner l’aspect le plus beau digne de leurs noms, ils furent représentés sous des formes humaines de la manière la plus majestueuse.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE