11 juillet 2019 ~ 0 Commentaire

Le crachat protecteur

Une phrase énigmatique du médecin Marcellus de Bordeaux, dont les écrits mêlent aussi quelques folklores celtiques et des formules, indique « Scrisu mi ddo (djo) uelor » signifiant littéralement « Je crache (qu’il) m’est souhaité » ou en plus correct « Je souhaite que je crache

Dans le livre de Pline l’ancien, au livre XXVIII (28) chapitre VII (7), nous apprenons ce à quoi correspond le crachat chez les romains, et que le fait de cracher par trois fois conjure du mauvais augure. Il précise que les qualités antiseptiques de la salive lui aura donné un caractère protecteur. Ainsi il écrivit :

 » Nous demandons aux dieux grâce pour quelque espérance trop présomptueuse en crachant dans notre sein. Par la même raison, il est d’usage dans tous les remèdes de cracher trois fois en conjurant le mal, et d’aider ainsi les effets des médicaments« 

« C’est une manière de se préserver  contre les sortilèges, de cracher sur son urine après l’avoir rendue, de cracher dans le soulier du pied droit avant de le mettre, de cracher en traversant un endroit où l’on a couru quelque danger« 

« A l’arrivée d’un étranger, ou quand on regarde un enfant endormi, la nourrice crache trois fois. quoiqu’il soit déjà sous la protection du dieu Fascinus« .

Il est probable que les celtes utilisaient aussi cette pratique de cracher par trois fois pour se préserver du malheur.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Seigneurdirige |
Eglise du Christ de Clermon... |
Habitants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournée FJ en Bretagne
| Jeanstune38
| Blog de Pierre-Yves LENOBLE